Le dark web pour la liberté d’expression au Sahel

Le Dark Net
Le Dark Net

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

“Il ne faut pas confondre anonymat et illégalité”

Très souvent présenté comme un repère pour mafieux, pédophiles, terroristes et trafiquants en tout genre, le dark web abrite pourtant d’autres communautés moins dangereuses. En effet, on y trouve par exemple des forums regroupant des journalistes d’investigation, des hackers white hats, des personnes obligées de cacher leurs identités pour diverses raisons, etc..
D’autre part, je pense qu’il est important de savoir que la pédophilies, le trafic d’armes ou de drogue, ne sont pas des problèmes du dark web, mais des problèmes sociaux que l’on retrouve également sur la globalité du réseau internet.

Échapper au contrôle de l’État

Une caméra de surveillance / Source : Wikimédia commons

« Le Net est une anarchie. Ce truisme est au cœur de la cryptoanarchie. Pas de contrôle central, pas de chef, pas de “ lois ”. Aucune nation seule ne contrôle le Net, aucun corps administratif n’en fixe les règles. L’Ayatollah d’Iran est aussi impuissant à arrêter un newsgroup [moyen de communication en groupe. Souvent identifié à Usenet, ndt] que le Président français. De la même manière, la CIA ne peut bloquer ni les newsgroups, ni les sites, ni les pages web qui dévoilent ses secrets. » 

« Cryptoanarchie et communautés virtuelles » publiée en décembre 1994, Timothy May

Il est important de savoir que c’est la première fois, dans l’histoire de l’humanité, que les gouvernements ont le pouvoir de surveiller potentiellement l’ensemble de leur population. Il est donc impératif de dénoncer cette surveillance de masse ou, en tout cas, d’en comprendre les contours. Ainsi, les citoyens doivent être en mesure de savoir qui surveille les surveillants ? Quels informations disposons-nous pour comprendre les types de protocoles que les gouvernements mettent en place pour surveiller la population sur internet. Sont-ils garants du respect de la vie privée ?

La faiblesse de la démocratie dans les gouvernements sahéliens fragilise les luttes citoyennes. Les mouvements revendicatifs de la société civile restent globalement assez éparses et inefficaces. Peu convaincante et souvent désordonnée, la société civile sahélienne peine à séduire les citoyens. Une faiblesse qui permet au pouvoir de l’écraser rapidement lorsqu’il ne s’improvise pas « marionnettiste » pour le discrédit.

Utilité du dark web pour les communications électroniques ?

Sécurité informatique / Source : pixabay.com – CC 0

Les darknets permettent au lanceurs d’alerte de révéler les dérives des puissants et de dénoncer certains abus. Ils utilisent des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymat. Certains darknets se limitent à l’échange de fichiers, d’autres permettent la construction d’un écosystème anonyme complet (web, blog, mail). Dans les régimes autoritaires, il sont des outils au service de la dissidence. Sans les darknets, les printemps arabes auraient peut-être pris une autre connotation.

Accéder au dark web vous donne le pouvoir de faire ce que vous souhaitez ou de faire partie d’un groupe qui ne partage pas les idées de l’État au pouvoir sans être inquiété. Dans de tels pays, très souvent, vous n’avez accès qu’aux sites contrôlés par l’État, dont le contenu est surveillé. Ce qui vous laisse visible et vulnérable sur les radars gouvernementaux en cas de répression. Alors que le darkweb vous permettra d’accéder à des site totalement censurés avec un certain niveau d’anonymat.

Dans beaucoup de pays d’Afrique, les citoyens font souvent face à des gouvernements corrompus et répressifs. Une situation qui muselle l’opinion publique quand elle ne la fait pas taire pour de bon. Face à cette pression, il est important de prendre connaissance d’outils numériques à même de vous garantir un certain niveau d’anonymat sur internet.

Dark Web, Dark Net ou Deep Web ?

Un point d’interrogation / Source : pexels.com CC0

Très souvent ces termes, totalement différents, sont utilisés par certains médias pour expliquer une situation donnée. Ce qui est totalement faux puisque chacun de ces termes désignent une structure d’internet différente.

Retenez que le Web est essentiellement divisé en deux parties : le Web de surface (visible) et celui profond ( invisible). Le web de surface concerne toutes les pages indexées par les moteurs de recherche. Cela veut dire que lorsque vous faite une recherche sur un moteur classique (Google, Qwant, Bing, etc.) l’essentiel des résultats qui s’afficheront appartiennent à cette partie visible du Web.

Le web profond est, quant à lui, composé de deux entités : le Deep web et le Dark Web. Le Deep Web contient toutes les pages non indexées et potentiellement indexables par les moteurs de recherche. Il s’agit par exemple des comptes administrateurs de certaines entreprises, de votre mail, du fil d’actualité de votre compte Facebook, etc. En effet, une tiers personne ne peut accéder au contenu de votre mail avec une simple requête Google par exemple. Pourtant, le même contenu est accessible sur le Web, via des navigateurs classiques, mais à condition d’en connaître les permissions d’accès (identifiant, mot de passe, etc.) .

Le Dark Web, est quant à lui une toute petite partie du Deep Web. Il se différencie de ce dernier du fait qu’il est constitué de réseaux superposés, communément appelés « overlay ». D’ailleurs, ce sont ces réseaux superposés qu’on appelle les darknets.

Par ailleurs, il faudrait savoir qu’il existe une bonne dizaine de darknets permettant d’accéder au dark web. Le plus connu de ces derniers reste Tor, avec plus de 2 millions d’utilisateurs connectés par jour en 2019.

Le dark web est devenu un véritable bastion pour la liberté d’expression et d’information, malgré tout le mal que les médias puissent en dire. Il reste parfois, le seul moyen dont dispose certaines populations pour pouvoir communiquer leurs idées et dénoncer certaines abus. C’est par exemple le cas des journalistes de guerre ou d’investigation.

Dans un prochain article, nous verrons comment se connecter au dark web de manière sécurisée avec le darknet Tor. Pour le moment, retenez qu’il existe plusieurs manières qui permettent d’y accéder.

D'autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *